Hypnose Médicale
Formation en Hypnose Médicale réservée exclusivement au Corps Médical, aux thérapeutes titulaires d'un diplôme d'Etat, ou d'un numéro Adeli. Formations en Hypnose centrées sur la Douleur Chronique et Aiguë, EMDR-IMO

Hypnoscopie Mars 2021 - Actualités en Hypnose Médicale




Hypnoscopie Mars 2021 - Actualités en Hypnose Médicale

Au Médipôle Lyon-Villeurbanne, une patiente de 85 ans a été opérée sous hypnose pour une prothèse d’épaule.

Les équipes du Médipôle Hôpital Privé ont réalisé une induction hypnotique avec une patiente de 85 ans lors d’une pose de prothèse d’épaule. À la suite d’une chute, la patiente devait être opérée pour une fracture de l’épaule. La patiente présentait des comorbidités et les risques opératoires liés à une anesthésie générale étaient trop importants. Lors de sa consultation avec l’anesthésiste, sa prise en charge a donc été adaptée à son profil, et une séance d’hypnose a été réalisée afin de mesurer sa réceptivité et de préparer sa transe hypnotique.

L’hypnose a permis de réaliser la pose de prothèse d’épaule sous anesthésie locorégionale. La patiente était équipée d’un casque sans fil afin de pouvoir entendre et communiquer avec l’infirmier anesthésiste lors de sa transe hypnotique. Les équipes ont ainsi accompagné la patiente en amont et durant l’intervention pour induire cette transe et ensuite provoquer un réveil positif. L’opération s’est bien déroulée, les équipes soignantes ont ensuite pris en charge la patiente pour l’évaluation de sa douleur lors de son hospitalisation.

L’hypnose est un état modifié de conscience, c’est un état de veille naturel, où l’esprit est dissocié. Cette technique peut être indiquée lors d’interventions chirurgicales pour certains patients. Elle permet ainsi au patient de se relaxer et de réduire l’anxiété liée à l’opération en utilisant les ressources du patient. L’hypnose favorise aussi un meilleur réveil, une meilleure analgésie et une diminution des risques post-opératoires.

Équipe :

Dr Antoine MARC, Chirurgien du membre supérieur et SOS Mains ICMMS
Dr Nicolas BOURDAIN, Anesthésiste
Dr Pierre-Yves ROMAN, Anesthésiste
Vincent AUBENIS Infirmier anesthésiste diplômé d’état

Accouchement: l'hypnose comme déconditionnement de la douleur.

La Fondation APICIL présente dans un communiqué le projet de recherche de Christine Chalut-Natal Morin, doctorante sous la direction du Pr Antoine Bioy, enseignant chercheur à l’Université Paris 8, lié aux douleurs de l’accouchement et au recours à l’hypnose comme processus de désapprentissage de la douleur. Cette recherche vise à remettre les femmes au centre du processus de gestion de la douleur de l’accouchement, en s’appuyant sur une capacité spécifique de la femme enceinte : son haut potentiel d’hypnotisabilité (1). La Fondation APICIL soutient la mise en oeuvre de cette étude, à hauteur de 29 976€ au côté de l’Université Paris 8.

Les représentations autour de l’accouchement ont considérablement évolué ces trente dernières années. La notion de contrôle est aujourd’hui omniprésente dans une maternité ; notamment avec le contrôle médical tout au long de la grossesse, avec l’hypermédicalisation de l’accouchement et le contrôle de la douleur grâce à la systématisation de l’anesthésie péridurale.

Paradoxalement, plus l’environnement est sécure, moins l’accouchement est douloureux et plus les femmes sont angoissées. Cette angoisse est essentiellement liée à la peur de ressentir la douleur. Cette dernière peut être envisagée comme une douleur programmée, entretenue et majorée par les phénomènes d’anxiété qui s’y rattachent et sont source de stress. Ces phénomènes nuisent au bon déroulement de l’accouchement, entravent le processus de naissance et augmentent les interventions médicales qui induisent à leur tour certaines complications tant médicales que psychologiques. Ce projet vise à remettre les femmes au centre du processus de gestion de la douleur de l’accouchement en s’appuyant sur une capacité spécifique à la femme enceinte : son haut potentiel d’hypnotisabilité.

« La littérature scientifique sur l’hypnose et l’obstétrique est assez ambivalente. Elle est aussi partielle, car n’aborde que certains paramètres et n’offre pas réellement une vision sur les processus dynamiques à l’oeuvre. Cette recherche est importante parce que pour la première fois, elle teste un modèle de compréhension de la dynamique d’accompagnement auprès de femmes enceintes jusqu’au contexte de l’accouchement et s’intéresse évidemment au vécu qu’il génère. Par ailleurs, l’hypnose n’est ici pas désignée comme une simple technique de soutien contre la douleur mais elle est comprise comme une approche qualitative, respectant cette période importante qui mobilise chez les femmes accompagnées, leur rapport au corps, à leur histoire, à leurs repères de vie. L’hypnose est aussi une façon de jouer avec le temps, en préparant un avenir qui prend racine dans une évolution personnelle et dans un présent où tant de choses se trouvent remaniées. Le fait que les femmes enceintes soient plus sensibles à l’hypnose peut bien entendu être vu comme les conséquences de processus psycho-physiologiques.
Mais on peut aussi y voir le besoin de ces femmes, de ces futures mères d’un premier ou nouvel enfant, de ressentir la façon dont l’enfantement à venir dessine un nouveau rapport au monde et combien l’hypnose, qui interroge les plans corporels, psychiques, spirituels / existentiels, peut participer de ce mouvement. »

Pr Antoine Bioy, Enseignant chercheur (Paris 8) et psychologue hypnothérapeute attaché au CHU Bordeaux.

Bénéfices attendus

Au-delà du bien-être et du confort, qui sont primordiaux pour les patientes pendant leur accouchement et des bénéfices médicaux et psychologiques cités ci-dessus, cette capacité retrouvée à gérer la douleur de l’enfantement aura un impact spécifique sur l‘accouchement d’une femme et la naissance d’une mère qui influencera probablement la relation mère-enfant.

En termes de santé publique :
- Diminution de l’anxiété pendant la grossesse.
- Diminution des interventions médicales iatrogènes4.
- Diminution des troubles psychologiques liés au mauvais vécu de l’accouchement.
- Meilleure satisfaction des patientes.

En termes économiques :
Une diminution des coûts liés à l’accouchement et ses complications est envisagée : moins d’anesthésie péridurale, diminution des effets secondaires des interventions iatrogènes mais aussi des troubles
psychologiques et donc des coûts inhérents à leur prise en charge (traitements, durée de séjour…).

(1) L’hypnotisabilité d’un sujet réfère à sa capacité à entrer en hypnose avec ou sans l’intervention d’une tierce personne dans le cas de l’autohypnose par exemple.

Laurent GROSS
Président du Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris. Il est kinésithérapeute,... En savoir plus sur cet auteur



Rédigé le 19/03/2021 à 23:10 | Lu 272 fois modifié le 19/03/2021




Nouveau commentaire :

Equipe de Formation en Hypnose Médicale | Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Formations en Hypnose | Hypnoscopie



Tel: 09 51 00 86 48




Dans le forum

Partager ce site
Photos de la Formation en Hypnose Médicale
Jeanne-Marie JOURDREN
Master Class Laurent Gross. Formation en Hypnose Médicale à Paris
Théo CHAUMEIL et Jeanne-Marie JOURDREN: Formation en Hypnose Médicale, module spécial kinésithérapeutes
Théo CHAUMEIL en formation en Hypnose Médicale à l'Hôpital COCHIN à Paris
Marion Chervy Présente...les livres du mois en hypnose
Formation Hypnoanalgesie à Paris
Théo Chaumeil et Dan Short
3 Hypnothérapeutes Kinésithérapeutes Enseignants
Florent HAMON en formation d'Hypnoanalgésie à l'Hôpital COCHIN à Paris